Périple Open des Ananas 2013 : Forza RZ – Version 2 | Association Nantes Squash Sautron
Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Publié par le 22 Jan 2014 dans Actualités, Compétition, Opens | 5 Commentaires

Périple Open des Ananas 2013 : Forza RZ – Version 2

Périple Open des Ananas 2013 : Forza RZ – Version 2

 

Version 2, ajout des commentaires et anecdotes des voyageurs ! 

Le concept RZ s’exporte à la Réunion : Rezé Lé La !
Novembre 2013, 7 rezéens et 3 enfants s’envolent pour les sunlights des tropiques, où le squash se raconte en musique : destination l’île de la Réunion.

10 000 kms pour chercher 38°C, du soleil, des fruits, des plages, des lagons, des montagnes, du squash et de la fête.
Départ de la Gare de Nantes Jeudi 21 Novembre, on n’a pas tous le même train mais on se retrouve tous à Montparnasse pour prendre la navette Air France qui nous amène à Roissy Sud.

1

 

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=IBYafg4162U[/youtube]

 

Encore quelques heures de froid… mais l’enregistrement est vite terminé ainsi que le passage à la douane : rien à déclarer si ce n’est au bas mot 5 kilos de charcuterie, 3 kilos de foie gras quelques bouteilles de rouge et un Sauternes de 2003, merci Anika.
Ca sent bon les vacances !
Il n’y a plus qu’à supporter les 11 heures de vol.
Mais c’était sans compter sur les munitions de Jérôme, alias  » JJ  » pour Jérôme Jack Daniel’s.
Heureusement qu’au duty free le coca cola coûte plus cher que le whisky !
11h du matin en heure locale et 8h en métropole : l’aérogare ressemble a une salle d’acclimatation. Dans une chaleur lourde et moite on attend les bagages parmi le carambolage des chariots.
Progressivement on se change tous pour passer en short, tee-shirt et  » savate de doigts  » : la tong, tellement il fait chaud et pourtant le ciel est couvert.
Sinon, on peut aussi adopter la technique de Thomas qui ne consiste qu’à se dévêtir : toujours avoir le short sous le jogging !
On centralise le groupe et les affaires sur le parking, puis les filles accompagnées de Thomas et JJ partent récupérer le minibus de 9 places que l’organisateur du tournoi nous a réservé.
Pendant ce temps, on attend avec les enfants à l’extérieur et on prend cher niveau chaleur.

2

Les enfants sont tartinés de crème, protection chapeau, sans oublier la glace ! merci Etienne.

J1 – Vendredi – A l’arrivée, Mat nous a préparé une surprise.
Une fois les bagages et les passagers chargés dans le minibus et une mini en complément (sachez qu’on peut en mettre plus qu’on ne le pense dans une mini) on se suit et on monte chez le père de Mat à 5 min de l’aéroport.
On arrive dans une oasis de végétation : une grande maison ouverte sur un jardin paradisiaque avec piscine et vue sur le littoral.
3

4

5
Nous sommes servis comme des pachas : apéro au punch maison, de la bière DODO, et  » bouchons  » (1ère définition de ce terme) : sorte de ravioli chinois garni à la réunionnaise + repas créole composé d’un rougail saucisse.
accompagné de son riz safrané et du  » grain  » : des lentilles de Cilaos + fruits en dessert à choisir entre les ananas, litchis et mangues.

6
Quelle explosion de saveurs ! Le pied…
En fin d’après midi on descend dans l’ouest de l’île : on se retrouve dans les bouchons (2ème définition) automobiles.
Et pourtant, il faut faire vite car certains jouent le soir même.
On arrive dans la maison qu’on nous loue : elle est très simple mais super bien placée, en face d’un petit lagon qui sert de port.
1er couché de soleil… top !

7

8
Le groupe qui joue revient bredouille… mis à part Etienne qui gagne forfait, tous perdent.
En même temps, après 18 heures passées dans les transports, +38° C dans la figure, le corps n’est pas forcément prêt à performer.
Et encore moins quand on n’a pas ses affaires ! N’est ce pas Greg ? Quelle idée aussi de ne pas savoir que tu jouais ! A la Réunion même si tu ne joues pas, tu joues quand même !
Et après Monsieur se plaint de ne pas avoir sa raquette, son short, ses basquettes et son change en plus !
Bref de retour à la case tout le monde est cramé, tout le monde sauf nos 3 irréductibles Greg, Jérôme et Laura qui profitent de la soirée et feront de cette nuit à la belle étoile leur seule  » perf  » jusqu’au petit matin.

9
… Histoire de ramener le petit déjeuner à ceux qui dorment encore !

J2 – Samedi – Rdv à 11h à Saint Paul pour déambuler entre les étalages très pittoresques de son marché forain.
On y arrive pour midi ! Cela reste un exploit, compte tenu des dernières 24h que l’on vient de vivre.
C’est l’occasion de goûter à nos premiers samoussas : poulet, jambon, fromage, légumes, achards, bonbons piments, sarcives, et autres spécialités locales.

10
Après avoir liquider toutes nos réserves d’eau et celles des divers snacks du marché on s’organise un programme très chargé pour l’après-midi: plage, repos, plage, soleil, plage, sable, plage, baignade.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=-Q8toGdjoPI[/youtube]

11

12

13

14
Le plus dur c’est de trouver du temps pour faire la sieste, avant de déguster les mojitos, pina coladas et assiettes (antillaises ! hein Greg) avec les derniers rayons du couché de soleil.

15
Journée clichée : vacances sous les tropiques et ça fait du bien à tout le monde.

16
On décompresse à bloc et on organise les prochaines journées.

J3 – Dimanche – Vu la qualité de la glandouille de la veille, on réitère l’opération.
On rajoute une petite grâce mat le dimanche matin pour certains car d’autres jouent au squash à 10h !
Au couché de soleil, direction la Rondavelle de Saint Leu, sur le front de mer, pour un apéro dinatoire avec concert dominical en plein air gratuit.
Ambiance locale assurée : punch coco ou dodo, grillades, samoussas, bouchons, galettes, et musique créole.
Tout le monde bouge sur les rythmes de séga et maloya !
J4 – Lundi – Il est prévu de faire une sortie bateau pour aller voir les dauphins.
Malheureusement, il pleut. Non il pleut averses, non il tombe des trombes d’eau enfin c est le déluge quoi !
Du coup, on se rabat sur la piscine qui se trouve dans la copropriété chez la mère de Mathieu.

17

19
Un groupe va jouer au squash (hors compet), à croire qu’ils n’en ont pas assez tandis que les autres profitent de la piscine sous la pluie.
L’aprem c’est sieste générale car le temps n’est pas top et le soir il y a des matchs.
Faut pas croire mais le rythme du groupe est très élevé et tout le monde est fatigué !
Laura rencontre pour son premier match  » la mère Rossignol « .

20
Car en effet dans le jeu des 7 familles du squash on retrouve dans la famille Rossignol, la mère, les 2 filles et le père ! (le fils étant trop jeune, il ne peut pas encore tenir de raquette).
Le match aura peut être durer moins longtemps que le verre partagé au bar : 3 – 0, mais les échanges ont été instructifs : nouveaux ressentis de rebond de balle, parquet au sol plus foncé et glissant, mur et éclairage différents.
Il faut savoir s’adapter rapidement !

J5- Mardi – On a prévu une sortie randonnée aquatique dans le sud de l’île, à la cascade Langevin.
Le site est magnifique, on se croirait dans la jungle tellement la végétation est luxuriante.

21

22

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=MI59-5YQpJk[/youtube]

Dans une ambiance décontract : thé et beignets offerts par l’organisateur, tout le monde s’équipe pour attaquer les cascades : combinaison intégrale, culotte protectrice, casque et gilet.

On marche 20 min pour arriver en haut du sentier et c’est parti pour une descente d’enfer, on peut même dire une descente de plomb ! En effet, nous sommes accompagnés de la très sympathique Maud Duplomb, membre de l’équipe de France.
On enchaîne les toboggans, les sauts, et autres traversées aquatiques avec tout autant de zèle qu’une 8ème française ! La classe !

Pour le midi, on prend des barquettes sur la route comme les locaux. La barquette est une invention géniale : pour 5€ tu as du riz, des grains (lentilles ou haricots rouges, petits pois …), un carry ou rougail au choix et du piment en extra.

23
Direction Manapany où l’on va manger et se baigner dans un bassin protéger des requins.

24
On se retrouve dans le sud de l’île avec la mer à nos pieds et une piscine naturelle où de grosses vagues s’y jettent. Le cadre est top !

25
Retour dans l’aprem à  » la case  » : notre location, où l’on se repose pour attaquer les matchs du soir.
Laura rencontre pour son deuxième match une 3ème série tout à fait prenable.
Mais la condition physique ne suit pas et dès le 2ème jeu le genou droit devient défaillant suite à la sortie aquatique : plus de fentes et de pivots, c’est mort.

26
Le match se finit rapidement en 3 jeux à 0.

J6 – Mercredi – On s’attaque au tour de l’île malgré un temps pas terrible.
Tous dans le minibus, en route pour le volcan. Après 2 heures de route, on arrive sur un paysage lunaire, entre temps on est passé par une multitude de paysages différents.

27

28
Pas de temps à perdre, on redescend pour allez voir Grand étang.

29
Il flotte pas mal mais peur de rien on marche sous la pluie.
Dernière étape : l’anse des cascades et les coulées de lave. Malgré la flotte, c’est magnifique : on peut même encore voir de la fumée de chaleur, qui se dégage des dernières coulées de lave. C’est impressionnant !
Thomas nous a scotché sur la qualité de sa conduite, peu importe la pluie, la visibilité, la qualité de la route, il assure… tout comme Laura et sa capacité à s’endormir aussi rapidement !
On arrive en fin de journée, pile poil pour le couché de soleil. Un groupe va faire ses matchs, l’autre emmène les enfants à la plage en face de la maison pour qu’ils se défoulent un peu.

30

31
Encore une journée épuisante, enfin pas pour tout le monde, n’est ce pas Laura ? mais riche en paysages.

J7- Jeudi – Journée off ! On envahi le lagon de Trou d’eau où est basé le stand de Kayak Transparent, boite montée par le frère de Mathieu.

32

33

34

35

36
Journée plage, kayak, paddel, bronzage, photos, …. top !
Le soir matchs et toute l’équipe monte au club.
Superbe ambiance comme chaque soir : on y joue, on y mange et on y boit local !
Et on peut même se faire dépanner d’une bouteille de sky ! Que demander de plus ?

37

J8 – Vendredi – Réveil tôt !
Rendez-vous à St Gilles pour une sortie bateau organisée par Romain Arthus (un ex Rezéen qui vit à la Réunion).

38

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=F3-9PeUIngY[/youtube]

Avec notre semi-rigide on part à la recherche des dauphins accompagnés de quelques poissons volants et d’une tortue.
Après 1h de recherche on ne les trouve toujours pas, ils sont timides ! Sûrement  » JJ  » qui assure trop, ou Adrien qui met trop la pression avec son tee-shirt.

 

39

40
Du coup direction la baie de Saint Paul avec un arrêt près de Boucan Canot. Certains se jettent à l’eau pour observer les fonds marins en mode snorking : palmes, masque et tuba… même pas peur des requins ! On gagne le large pour faire une session de wake-board.
Un seul courageux, Romain qui se fait ses 20 minutes de wake avec Thomas qui pilote, encore une fois.
L’aprem, on va manger sur la plage et le soir, rebelotte, tous au club pour les matchs.

J9 – Samedi – C’est le jour de la Zouk Machine : Nétwayé, baléyé, astiké, kaz la toujou penpan car il faut rendre à Zlatan, euh… à Zalan ce qui appartient à Zalan : le proprio
L’aprem on se rend tous au club pour les derniers matchs : les demis finale s’enchaînent tour après tour mais nous n’aurons pas pour autant le temps de rester pour la finale homme
On peut quand même apprécier la beauté de jeu de la 7ème française et du 5ème français !
Cela dit le jeu vibrant de Billy Paton avait de quoi faire rêver aussi, surtout quand il casse sa raquette ! N’est ce pas Etienne ? ^^
Le soir, nous sommes attendu à St Denis pour une soirée chez le père de Mathieu.
L’apéro est préparé par les Rezéens (foie gras, jambon sec, saucisson, sauternes, …) et le repas par la famille de Mat ( Carry Camaron – sorte de gambas – riz blanc, grain et rougail)
On s’éclate les papilles, on savoure les mets, on régale le palais et on fini par une razzia sur les letchis ! De quoi organiser un championnat de toupies.

41
Explications : couper le bas d’un noyau de litchi de quoi garder une bonne moitié du noyau, et y implanter une allumette à laquelle on coupera la tête et vous obtenez une toupie de compétition.

J10 – Dimanche – Le réveil est à l’ heure anglaise : thé/café, oeufs, bacon, haricots blancs, pain grillé, confiture.
De quoi prendre des forces pour affronter le cirque de Mafate : 3 jours – 2 nuits de randonnée.
En route pour le Coeur Habité de l’île… Mais ce n’est qu’une expression car aucune route ne mène à cet immense chaudron.
Pour y arriver il faut le mériter : soit plus d’une heure de route dont au moins 3/4 d heure de virages en épingle à cheveux. A comparer, les 21 lacets de l’Alpe d’Huez ne font pas un pli !
Une fois le minibus garé au parking de 1920 m d’altitude, on en profite pour s’y dégourdir les jambes et s’équipé avec les moyens et sacs poubelles de bord pour ceux qui n’avaient pas prévu les kawais.

42
Après un pique nique sur le pouce, c’est parti pour 40 mètres de montée avant de rejoindre le sentier de randonnée.

Ce n’est pas la partie la plus éprouvante mais c’est assez flippant surtout quand on sait que la montée et l’accès au col ont été fermés pendant plus d’un an à cause d’un éboulis.

Mais cela ne décourage pas nos rézéens qui foulent les 5 kms 500 avec plus de 500 m de dénivelé dans les 2 heures.

Juste à l’heure pour la douche et le diné servi à 19h00 : dans les cirques il fait nuit tôt.

43

J11- Lundi – C’est parti pour une journée complète dans  » Mafatigué  »
Au programme : descente jusqu’à Marla par le lit de la rivière, pause déjeuné chez  » Djimmy « , puis remontée jusqu’à la cascade des Trois Roches, puis retour à la Nouvelle par la Plaine des Sables.

44

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=7cAGiXfj26g[/youtube]

Le tout sur des sentiers parfois chaotiques, où les marches sont des pans de varappes, et 2 enfants !

45
Chapeau à tout le monde ! FORZA RZ

La nuit, le ciel est totalement dégagé et l’on peut admirer les étoiles de l’hémisphère sud… sans notre étoile du nord et la grande ours, on a du mal à se repérer mais cela nous fait apprécier encore plus ce sentiment d’être les seuls au monde.

J12 – Mardi – Retour à la civilisation.
Le réveil se fait à l’aube au son des allers-retours des hélicos (qui approvisionnent les ilets : villages du cirque) pour pouvoir profiter du ciel dégagé et de la vue panoramique.

46
C’est parti pour 5 kms 500 en montée ! Haut les coeurs rezé ! On a peur de rien même si l’on se fait rattraper par les nuages à quelques mètres de l’arrivée.
De retour au parking, c’est le déluge et sur la route du retour la cascade du voile de la mariée ressemblait plus à la traine de la mariée !
Les eaux refluent sur la chaussée tellement les fossés sont engorgés et parfois la circulation se fait à sens unique.
Le temps de revenir jusqu’à Saint Denis, et déjà il ne pleut plus.
On se décide de pousser jusqu’à l’Ermitage pour chercher le soleil et la chaleur, mais ils ne sont pas au rdv ce jour là
On prend quand même un dernier bain de mer dans le lagon.

J13 – Mercredi
Ca sent le départ ! On met à profit cette dernière journée pour aller acheter les cadeaux souvenirs et faire carrosserie et sellerie neuve au minibus. Nous nous rendons à Saint Denis avec notre guide Claudine, la voisine du papa de Mathieu. On commence par le marché alimentaire : jamais vu autant de mangues, d’ananas et de litchis ! Puis direction le marché d’artisanat malgache, qui rassemble des artisans proposant des produits provenant, pour la plupart de Madagascar, nappes brodées, vannerie, boîtes en bois marquetés… Le lieu idéal pour acheter ses cadeaux souvenir à petit prix. Enfin, nous allons chez  PARDON, THE marque branchée de la réunion, où nous finissons nos cadeaux, notamment pour les chéri(e)s qui sont resté(e)s en métropole.

La journée défile trop rapidement et on se retrouve déjà à l’aéroport.

47

 

48

Le séjour vu par ceux qui y étaient  

Greg

Les +

Le club des ananas avec rhum et bouchons à volonté (mais payants)

Mes 2 victoires lors du tournoi

L’absence de rencontres avec les requins locaux

La cuite au rhum arrangé de Zlatan (notre logeur)

La présence d’un juriste : indispensable en vacances

L’investissement de Mat et sa famille adorable (+les tortues)

Les –

 La note de fin de séjour au club des ananas

Les 2 forfais qui m ont permis de gagner

Les requins locaux

Ma luxation d’épaule lors de la cuite au rhum arrangé de Zlatan (notre logeur)

Le gluten et les sejours repetés de doudou en prison

 

Céline

 1er match contre une belle réunionnaise piplette comme tout sur le terrain mais tres sympathique! Rencontre détendue, je gagne 3-0.
– 2eme match: une adversaire pro des lobs et des doubles murs d’attaque, je n’ai pas trop confiance en moi, je fais des fautes mais m’en tire 3-0 quand meme.
– 3eme match, ça se complique. Une jeune habituée à la compèt me mène la vie dure. Je me fais dominer et me prend 3-0.
– 4eme match, une contre 🙁 une terrible adversaire avec qui ça bataille dur, c’est serré 11-09, 12-10, 11-09 puis craquage dans le 4eme, je perd 11-08.  Je reviendrai prendre ma revanche!
– 5eme match, une perf 🙂 je finis bien mon tournoi contre « la maman Rossignol » que j’arrive à destabiliser pour gagner en 4 jeux.
Ce que j’ai adoré:
– l’accueil super chaleureux de Jacqueline
– l’ananas offert par le club à l’arrivée!
– rencontrer des Réunionnaises aux jeux très différents du mien
– voir du très haut niveau chez les gars comme chez les filles
– le ptit verre de punch après le match!
– la cure de Samossas (mmmmiam), de bouchons et d’ananas…
– voir nos loupiots sur le court numero 3 s’eclater avec les autres enfants là-bas.
Mais ce qui restera également inoubliable c’est:
– le break dance sous des cascades de fous et les tobbogans de malade, merci Christophe!
– les 7 petits chevreaux contés par Etienne…
– le célèbre KK boudin!
– la plaine des Tamarins, la plaine aux sables, 3 roches, le piton de la Fournaise, le lagon…
« The Story of Micra » de Thomas
A notre arrivée sur l’île on a eu un minibus pour les déplacements  plus la MICRA de la mère de Mat qu’elle nous a gentillement prêté pour être plus indépendant …
Avant  notre arrivée son frère a installé une batterie neuve car c’est une voiture qui roule peu.
Armé de deux véhicules plus que royal nous nous sommes aperçu que la MICRA est très utile pour des petits trajets mais qu’il ne faut pas trop lui en demander.
Après 3/4 jours de bons et loyaux services avec des A/R entre St. Gilles et Etang salé + les A/R entre le squash du tampon et la maison ( 30 kms de voies rapides avec des montées et descentes à 18%), la petite automobile donne de plus en plus de signes de fatigue. Notamment sur la dernière montée du Tampon qui se finit péniblement à 40km/ h en 3ème ….
C’est au retour, vers 21h30 que la MICRA décide de nous quitter !!!
En effet c’est sur cette voie rapide, en descente, qu’elle donne ses derniers tours de roues ….moteur tournant. Elle s’arrête en bas des 18 km, au niveau de St Louis dans une zone industrielle avec à son bord Étienne Céline et Rose.
Le gros du groupe ne les voyant pas arrivé, ils sont partis les chercher essayant par tous les moyens de redémarrer la bête qui n’a plus de liquide de refroidissement .
Armée de 3-4 bouteilles et oui il faut  prévoir de l’eau a la réunion car il fait chaud mais rien à faire elle ne veut pas redémarrer même en poussant.
On décide donc de la remonter au bord de la route pour ne pas la laisser dans un cul de sac .
Avec le minibus, par choc contre par choc, on la remonte sur la route.
On vide la voiture (la vitre côté passager ne remonte plus) des bidons d’huile, de lave glace et d’un sac à dos avec quelques bouteilles d’alcool (champagne, vins, …). Super surprise !
De retour à Etang salé vers 22h30 on rejoint le groupe à l’Eté Indien, un super resto que nous avons réservé pour 21h30 ….
Mais Thomas est anxieu et ne se sent pas de laisser la voiture au bord de la route.
Il décide par tous les moyens de ramener la voiture à la maison même si le reste du groupe n’est pas très chaud et préfère voir ça le lendemain matin, jour où nous avons programmé la sortie bateau à 9h.
Armer d’une corde (lacet de chaussure) trouvée chez Zalan et d’un mousqueton qui sert de porte clef pour la MICRA, on décide (enfin Thomas avec l’appréhension du reste du groupe mais qui lui fait confiance….) de tracter la Micra.
Arrivéé sur place à St Louis on accroche le mousqueton  au panier de la roue de secours du camion + un nœud autour de l’anneau de remorquage de la MICRA et hop nous voilà reparti direction la maison pour ramener l’auto.
Etienne au volant du camion accompagnée de Greg et Jay et Thomas se retrouve seule dans la MICRA sans lumière ( plus de batterie ) sans freins ( le moteur ne démarre pas) à si il y a quand même le frein à mains. Le tout sur la route des tamarins de nuit à 15cm l’un de l’autre. Comme dit Mathieu « c’est parti pour de nouvelles aventures!!!! »
Après 20kms parcourus la main sur le frein à main et quelques craquements de caisse dû aux accélérations et décélérations nous voici arrivé à bon port ouff!!! Une bonne chose de faite !

5 Commentaires

  1. SUPERBE! Ca donne vraiment envie, on s’y croirait! Bravo pour vos perfs, quelle que soit leur nature!!!

  2. C Clair ! . Merci de ce partage. On retrouve pas bien l’esprit RZ dans ce périple au bout du monde ! . ça donne envie d’y aller en 2014 !

    • Il fallait bien sur lire : On retrouve bien l esprit Rz !

  3. EXCELLENT !!! Heureusement que l’on peut lire en filigrane qu’il a beaucoup plut, sinon y aurait de quoi se flinguer d’avoir louper ça…

  4. vivement l’année prochaine, nous sommes partant si nos dates correspondent au tournoi.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.